Voici le communiqué envoyé par le comité haut-alpin de soutien à la lutte contre l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes après une action "péage gratuit" sur l'autoroute A51 à la Saulce, exploité illégitiment par VINCI (qui est aussi concessionnaire du projet d'aéroport).



Ce 27/02 était une journée de mobilisation nationale pour arracher l'abandon du projet d'aéroport de NDDL et pour soutenir ce qui se construit sur la ZAD (Zone A Défendre) comme alternatives non marchandes, collectives et autogestionnaires au système capitaliste et à l’État policier. Plusieurs dizaines de milliers de personnes et des centaines de tracteurs ont manifesté aujourd'hui à Nantes et des dizaines d'actions de solidarité ont eu lieu un peu partout en France.

Dans les Hautes-Alpes, le comité de soutien local à la lutte contre l'aéroport a organisé une action pour aller toucher Vinci (concessionnaire et ardent défenseur du projet d'aéroport) là où ça lui fait mal, c'est-à-dire au portefeuille : un péage gratuit a donc été réalisé à la sortie de l'autoroute A51 à la Saulce le 27/02 après-midi.
Juste retour des choses que de priver cette multinationale bétonneuse des recettes d'un péage qu'elle exploite illégitimement.
Les automobilistes, ravi-e-s, ne s'y sont pas trompé-e-s en se montrant très généreux-ses pour alimenter la caisse de soutien financière à la ZAD de NDDL.

Si le gouvernement n'annonce pas rapidement l'abandon de ce projet nuisible et imposé (et de tous les autres du même type par la même occasion, à commencer par les lignes très haute tension – THT – de la
vallée de la Haute-Durance), ce genre d'actions vont se multiplier.

ZAD partout ! La lutte vaincra !


Le comité haut-alpin de soutien à la ZAD de NDDL

JOURNÉE D’ACTION et de SOLIDARITÉ

 

CONTRE l’AÉROPORT de NOTRE-DAME-DES-LANDES

 

 

*RASSEMBLEMENT

 

Gap - RDV Esplanade de la paix, à 10H30

=> Tracts, prise de paroles, actions.

Emmène: Lunettes de ski , gilet jaune

 

*OPÉRATION ESCARGOT

 

Dans tout le 05,

Qui que tu sois, où que tu sois, si tu soutiens les paysans et la ZAD, ralentis de quelques km/h et fais ta propre opération escargot.

 

Pour voir l'affiche, c'est ici

Les 10 et 11 février 2016, des militants de Notre Dame des Landes sont venus dans les Hautes Alpes pour témoigner et échanger sur la lutte en cours autour du projet du nouvel aéroport de Nantes.

 

Plusieurs faits révoltants ont marqué ces derniers jours en Haute Durance.

Tout d'abord la déclaration D'Arnaud Murgia, jeune apparatchik de Les Républicains, parachuté de Toulouse pour prétendre au trône de la ville de Briançon en 2014, qui a demandé l'interdiction dans le cadre de l'état d'urgence des réunions de Gap et Embrun.

Prétextant que Zadistes et NoTHT bafouent les règles de la République en s'opposant au saccage du territoire par des grands groupes capitalistes (Vinci, RTE...), ce dernier écrase la liberté de réunion. Quelle acrobatie de l'esprit de la part de ce jeune autocrate !

Comment faire le lien entre état d'urgence et luttes contre des grands projets de saccage ?

Quel rapport entre les attentats de Paris et des réunions d'information ?

 

Pourtant Murgia nous fait une démonstration parfaite du vrai goût qu'ont les politiques pour la liberté d'expression. Voilà à quoi doit servir l'état d'urgence...museler les opposants.

Une tentation pour l'autoritarisme bien réelle.

Ces mêmes politiques prônant la destruction des territoires, d'espèces protégées, apportant maladies et désastres écologiques nous accusent nous, d'être les pourfendeurs de la dégradation !

Croit-on rêver ? Qui sont ces imposteurs se réclamant de la démocratie ?

 

La liberté de réunion a quand à elle été piétinée sous réquisition du procureur de la République, avec la présence de nombreux gendarmes aux abords de la salle où se tenait la rencontre à Embrun.

C'est ainsi que la centaine de personnes se rendant en ces lieux a subi des contrôles d'identité systématiques. Les motifs évoqués sont d'une grande finesse, "actes de terrorisme", "ports et détentions d'explosifs", "trafic de stupéfiants"… Un grand fourre-tout caractérisant à la lettre les gens susceptibles de se rendre à ce type de débat !

 

Sommes nous en plein cauchemar autoritaire ?

Est-ce que se rendre à une réunion politique devient un délit ?

 

Si tel est le cas, il ne faut alors sans plus tarder construire un véritable rapport de force (hauts alpins d'un coté, RTE et État de l'autre) en Haute-Durance. Rapport de force qui sera à lui seul le garant de nos libertés collectives et mettra en échec le projet destructeur des lignes THT.

 

Ni ici ni ailleurs, la THT ne passera pas !

 

Des militants NoTHT05...

 

Informations supplémentaires